Danse: le drapeau togolais flotte haut au Japon grâce au jeune artiste danseur Mathias GANE

Parti de rien, cet artiste togolais fait aujourd’hui la fierté de son pays natal au Japon. Il s’est donné pour mission de faire briller mondialement le drapeau à travers l’art et particulièrement la danse. La presse l’Emissaire a rencontré ce jeune homme pétri de talents, de volonté et surtout d’humanisme. Suivons le déroulé de l’entretien…

Mathias GANE

Qu’est-ce-qui vous a mené au Japon ?

Mon nom est Mathias GANE, maitre danseur, coordinateur et représentant national de l’ONG VIVASFM au Japon. C’est mon dévouement dans le social, l’humanisme, la culture et mon combat de chaque jour dans l’association VIVASFM Togo dont je suis coordinateur qui m’ont permis de trouver ma moitié (ma femme) à travers une association appelée HIPPO FAMILY dirigée par un Japonais du nom de OICHIRO TSUJI qui m’ont conduit au Japon et à être ce que je suis aujourd’hui . Lorsqu’on aime, tout change, d’où mon arrivée au Japon et ma lutte pour rendre ma femme et mon enfant heureux…

Mathias GANE

Comment en êtes-vous arrivé à séduire par votre danse?

Tout a commencé au Togo avec l’équipe Japonaise Hippo Family que nous avons accueillie à Kpalimé. J’étais l’un des organisateurs d’un grand évènement culturel à la Mairie de Kpalimé. Durant cet échange culturel, les Japonais ont démontré ce qu’ils savent faire en danse et en musique, et nous Togolais aussi avons valorisé notre danse et notre culture en général… Toutes ces démonstrations ont séduit la foule notamment une très belle demoiselle Japonaise qui est aujourd’hui ma femme et mère de mon enfant

Comment l’aventure s’est déroulée ?

Avec la rencontre de ma moitié, mon amour, ma femme, Madame CHIHIRO FUJISAWA GANE, nous avons planifié un voyage sur le Sénégal. C’est de là que les idées ont changé, et après notre mariage, nous sommes arrivés au Japon, accueillis par un groupe de danse formidable. Cela a été une occasion pour moi encore de mettre en valeur la danse de nos ancêtres, la danse classique et contemporaine aux Japonais… Je continue de le faire jusqu’à  maintenant.

Quelle a été la réaction du public japonais?

C’était une surprise, une grande joie de me voir danser sur les rythmes Afro, des chansons jamais écoutées par le public Japonais. Ils ne cessent le dire bisser, bisser, encore et encore…Le public Japonais a toujours aimé et apprécié ma danse, car elle est authentique et ancestrale…

Votre sentiment ?

Je suis fier d’être Africain, spécialement Togolais et plus particulièrement un membre de VIVASFM Togo que je représente aujourd’hui au Japon ; pour rappel VIVASFM est une association socioculturelle qui vise à aider, éduquer les orphelins, les sans voix et les pauvres pour un développement intégral.

Vos perspectives

Mes perspectives ou vision est de contribuer à l’émergence du Togo à travers la tradition, la danse, et œuvrer dans le domaine culturel contribuant à faire connaitre et à découvrir l’Afrique par le tourisme etc…

Pour ma famille, je veux la couvrir d’amour et encore d’amour et subvenir à ses besoins et travailler pour un futur meilleur pour tous.

Quant à l’ONG VIVASFM TOGO que je représente au Japon, je tiens à contribuer à son autonomie financière pour aider le président fondateur Monsieur Dzidodo Olivier EKPE et les autres membres à faire plus dans l’amélioration des conditions de vie des orphelins et pauvres dans les domaines de l’éducation, la santé, l’agriculture, la culture et l’environnement… Je ferais donc appel à des ONGs humanitaires  pour nous appuyer à mettre quelques écoles et centres de santé en place dans les villages enclavés afin de sauver l’éducation et la santé de nos populations fragilisées économiquement …

Pour finir, je tiens à remercier la presse en ligne l’Emissaire et la population Japonaise pour tout ce qu’elle me fait et fera pour ma famille et l’ONG…

Djamiou ABOUDOU

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×

Powered by WhatsApp Chat

× Contactez l'Emissaire!