23 juillet 2024

Changement climatique: l’Italie se transforme en région tropicale

2

En Italie plus précisément en Sicile, les paysages agricoles subissent une transformation radicale en raison du changement climatique. Traditionnellement connue pour ses plantations d’agrumes et d’oliviers, l’île est désormais confrontée à une évolution climatique qui oblige les agriculteurs à revoir leurs pratiques ancestrales. Les collines siciliennes, autrefois parsemées de citronniers en fleurs et de champs de blé, se transforment en un nouveau paradis tropical, où mangues, avocats et papayes remplacent progressivement les cultures traditionnelles.

À Messine, située sur la pointe nord-est de la Sicile, la température moyenne a augmenté d’environ 2 °C au cours des cinquante dernières années. Pietro Coccia, un cultivateur local, a remplacé ses plantations de citrons et d’olives par des mangues, des avocats et des papayes. « Le sol et le climat ont changé », explique-t-il. « Nous cultivons désormais des fruits exotiques. »

Cette transition n’est pas unique à Messine. L’ensemble de la Sicile connaît des conditions météorologiques extrêmes, provoquant une baisse de la production d’huile d’olive et endommageant les vignobles. Des universités locales testent des variétés de cultures résistantes, espérant préserver les cultures de blé et de céréales face à la hausse des températures.

Environ 70 % du territoire sicilien est menacé par la désertification en raison de la hausse des températures, du manque d’eau et de la dégradation des sols. Les scientifiques développent des engrais innovants pour lutter contre ce phénomène. Giovanni Calamarà, PDG de SBS Steel Belt Systems, explique : « Nous recyclons le soufre des déchets pétroliers et le combinons avec des déchets d’agrumes et de l’argile bentonite pour améliorer l’absorption des nutriments par le sol. »

Adaptation et Transformation Culturelle

Francesco Verri, cultivateur de fruits exotiques, a créé un réseau de petits producteurs pour promouvoir les fruits tropicaux « Made in Sicily ». Collaborant avec des chefs cuisiniers comme Giuseppe Saitta, Verri intègre ces fruits exotiques dans la cuisine sicilienne traditionnelle. Saitta a récemment préparé une ratatouille à base de papayes et de noix de macadamia locales. « Notre défi est de préserver le cœur de la cuisine sicilienne tout en adoptant les nouveaux ingrédients imposés par le changement climatique », affirme-t-il.

La crise de l’eau en Sicile aggrave la situation. Le lac Pozzillo, dans l’est de l’île, connaît des niveaux d’eau historiquement bas, et les infrastructures détériorées empêchent l’eau d’atteindre les agriculteurs. Les températures record, comme les 48,8 °C atteints à Syracuse en 2021, exacerbent les difficultés.

La dépopulation est une conséquence directe de ces défis. Depuis 2011, la Sicile a perdu plus de 200 888 habitants. Les jeunes partent à la recherche de meilleures opportunités, laissant derrière eux des villages désertés. Donatella Mirabella, habitante de Catenanuova, témoigne : « Les possibilités d’emploi ont diminué, et la jeune génération s’enfuit. Seuls les plus âgés restent. Notre village, autrefois peuplé de 5 000 habitants, en compte désormais 2 000. »

Face à ces transformations, la Sicile offre un aperçu des adaptations nécessaires sur une planète en pleine mutation. La résilience et l’innovation des Siciliens montrent la voie vers un avenir où tradition et modernité coexistent pour surmonter les défis climatiques.

Djamiou ABOUDOU

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *