23 juillet 2024

Des dizaines de singes hurleurs meurent dans le sud-est du Mexique en raison de la chaleur extrême

0

Les forêts tropicales du sud-est du Mexique sont actuellement le théâtre d’une tragédie écologique. Ces dernières semaines, des dizaines de singes hurleurs menacés sont tombés morts des arbres, victimes d’une sécheresse nationale et de vagues de chaleur qui ont fait grimper les températures dans une grande partie du pays.

Dans l’État de Tabasco, où les températures devraient dépasser cette semaine les 45°C (113°F), les médias locaux rapportent jusqu’à 85 décès de singes hurleurs. Bien que les autorités locales aient confirmé cette tendance inquiétante, elles n’ont pas encore fourni de bilan précis. Dans un communiqué publié ce week-end, l’agence de protection civile de Tabasco a attribué ces décès à la déshydratation.

Une source de cette agence a révélé à Reuters lundi que des singes ont été confirmés morts dans trois municipalités de l’État. Dans une forêt située à l’extérieur de Camalcalco, Tabasco, des bénévoles ont recueilli les corps de singes hurleurs à manteau (Alouatta palliata) morts en raison des températures élevées. Ils ont ensuite placé des seaux d’eau et des fruits pour tenter de prévenir d’autres décès. Le singe hurleur à manteau est classé comme vulnérable sur la Liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

C’est parce que la chaleur est si forte. Je visite les États depuis longtemps et je ne l’ai jamais ressentie autant qu’aujourd’hui“, a déclaré lundi le président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador, originaire de Tabasco, lorsqu’il a été interrogé sur la mort des singes. “Donc, oui, nous devons prendre soin des animaux et oui, nous allons le faire“, a-t-il affirmé lors de sa conférence de presse régulière.

Plus tard lundi, le ministère de l’Environnement du Mexique a indiqué dans un communiqué qu’il coordonnait les efforts pour résoudre ces décès, qu’il a attribués à plusieurs causes possibles, y compris “coup de chaleur, déshydratation, malnutrition ou pulvérisation de cultures avec des produits agrochimiques toxiques“.

Le Mexique abrite également le singe hurleur du Yucatán, qui est classé en danger sur la Liste rouge de l’UICN en raison de la déforestation. Le ministère de la Santé du Mexique a rapporté un décompte préliminaire de 26 personnes décédées de causes liées à la chaleur entre le début de la saison chaude du Mexique le 17 mars et le 11 mai.

Cette situation dramatique met en lumière les conséquences sévères du changement climatique sur la faune et les écosystèmes du Mexique, soulignant l’urgence de mesures de protection et de conservation renforcées.

L’Emissaire

Source: Reporting by Luis Manuel Lopez in Comalcalco, Tabasco, and Raul Cortes Fernandez in Mexico City; Reuters

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *