En vue de la COP 26, la Semaine africaine du climat 2021 veut créer un élan régional

Communiqué ONU Changements Climatiques

Les sessions thématiques virtuelles de la Semaine africaine du climat 2021 (ACW 2021) sont en cours, avec des appels à l’action lancés par les principales voix de la région. La Semaine africaine du climat 2021 se tient jusqu’au 29 septembre et est organisée par le gouvernement ougandais, avec le soutien des Nations unies et d’autres agences multilatérales.

Bon nombre de parties prenantes régionales réunies à l’occasion de ces sessions virtuelles, présentent des actions en faveur du climat et font part des progrès accomplis avant la COP 26 sur la soumission de plans climatiques nationaux plus solides dans le cadre de l’Accord de Paris : les contributions déterminées au niveau national (NDC).

Les NDC comprennent des plans visant à renforcer la résilience face aux conséquences inévitables du changement climatique, notamment des inondations, des tempêtes, des incendies et des sécheresses de plus en plus fréquents et graves. Elles sont complétées par des plans nationaux d’adaptation (NAP), qui revêtent une importance particulière pour l’Afrique.
M. Sam Cheptoris, ministre ougandais de l’eau et de l’environnement, a déclaré : Nous avons constaté récemment que le monde n’est pas en mesure de limiter le réchauffement à un niveau aussi proche que possible de 1,5 degré Celsius, comme le prévoit l’Accord de Paris. De ce fait, le risque de conséquences graves augmente à un moment où nous cherchons à nous développer rapidement. Pour l’Afrique, il s’agit d’une crise générationnelle à laquelle nous devrons nous adapter. Face à la crise climatique, l’Afrique doit s’unir et tracer la voie d’une croissance à faibles émissions qui soit bénéfique pour tous les Africains et pour le monde entier.

La secrétaire exécutive d’ONU Climat, Patricia Espinosa, a félicité l’Ouganda, pays hôte de l’ACW 2021, pour son leadership en matière de changement climatique. En plus d’accueillir l’ACW 2021, l’Ouganda est le premier pays africain à développer un plan de partenariat national pour la NDC afin de mettre en œuvre leur NDC en collaboration avec plus de 15 partenaires.

Elle a déclaré : La Semaine africaine du climat crée un élan pour la réussite de la COP 26. Elle rassemble les gouvernements, les chefs d’entreprise et la société civile pour engager un dialogue axé sur les solutions et mettre en valeur l’action climatique. C’est également l’occasion de favoriser la collaboration sur les défis urgents et de renforcer la résilience face aux risques climatiques croissants dans la région. L’ambition doit être le mot qui guide toutes nos actions. Nous sommes engagés dans une course contre la montre.

M. Hafez Ghanem, vice-président pour l’Afrique orientale et australe du Groupe de la Banque mondiale, a déclaré : Le nouveau plan d’action du Groupe de la Banque mondiale sur le changement climatique, qui complète le plan d’affaires sur le climat pour l’Afrique, prévoit qu’au cours des cinq prochaines années, 35% des financements du Groupe de la Banque mondiale contribueront directement à l’action climatique. Ces plans soutiennent l’action nationale et les approches à l’échelle de l’économie afin d’aligner la planification et la politique sur l’action pour parvenir à un avenir durable, à faible émission de carbone et résilient.

Ahunna Eziakonwa, Administratrice adjointe et Directrice régionale pour l’Afrique du PNUD, a déclaré : Ces derniers mois, l’Afrique a été témoin d’inondations dévastatrices, d’une invasion de criquets pèlerins et est maintenant confrontée au spectre menaçant de la sécheresse en raison d’un événement La Niña. L’activité humaine est désormais l’activité dominante qui façonne la planète… La Semaine africaine du climat est une affaire de solutions. Je sais que nous pouvons creuser plus profondément et émerger de l’autre côté avec des pistes riches et adaptées au contexte de l’Afrique. La route vers Glasgow doit offrir des solutions pour l’Afrique. Travaillons donc ensemble pour une issue heureuse, pour les gens et la planète.

Mark Radka, chef du service de l’énergie et du climat au PNUE, a déclaré : Réussir la reprise est une occasion de croître plus vite, mieux et plus vert, et de nous rapprocher d’un avenir plus vert et plus inclusif pour toute l’Afrique. Nous pouvons gagner beaucoup plus en travaillant ensemble, et la Semaine africaine du climat est une excellente occasion de partager des expériences, d’apprendre les uns des autres et de se motiver pour apporter des changements durables. La Semaine africaine du climat est une excellente occasion de partager des expériences, d’apprendre les uns des autres et d’être motivé pour apporter un changement durable.

L’ACW 2021 vise également à fournir des informations sur les campagnes de l’ONU Objectif Zéro et Race to Resilience, tout en veillant à ce que les voix régionales soient entendues dans le processus multilatéral sur le climat.

L’ACW 2021 se concentre sur trois domaines clés :

  • L’intégration d’une action ambitieuse dans les secteurs économiques clés dans la planification nationale.
  • S’adapter aux risques climatiques et renforcer la résilience.
  • Saisir les opportunités de transformation pour placer la région sur la voie d’un développement à faibles émissions et hautement résilient.

Harsen Nyambe Nyambe, responsable de l’environnement, du changement climatique, de l’eau et de la gestion des terres à l’Union africaine, a déclaré : L’Afrique souffre des effets paralysants de la crise climatique. L’absence de progrès lors de la dernière COP 25 sur les articles clés qui renforcent l’équité tels que le financement, les pertes et dommages, le genre et les marchés, est une préoccupation majeure. Nous pensons que cette Semaine africaine du climat permettra d’explorer la plupart des actions possibles et de formuler des recommandations clés, notamment en ce qui concerne les pertes et dommages et le financement, car la plupart des impacts de la crise climatique en Afrique dépassent la capacité d’adaptation des pays individuels.

Al Hamdou Dorsouma, directeur par intérim du département du changement climatique et de la croissance verte à la Banque africaine de développement, a déclaré : La Banque africaine de développement est prête à déployer ses ressources pour sauver les gens et la planète et générer de la richesse pour notre continent. La Semaine africaine du climat nous offre l’occasion de dialoguer avec nos partenaires afin de générer un pipeline de projets et de programmes transformateurs qui permettront à l’Afrique de se redresser après le COVID-19, conformément à l’Agenda 2063 de l’Afrique, aux ODD et aux objectifs de l’Accord de Paris.

Le Dr Vera Songwe, sous-secrétaire générale des Nations unies et secrétaire exécutive de la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique, a déclaré : Aucune question n’est plus fondamentale pour les pays africains que la résilience climatique. La manière dont nous la traitons définira le développement durable. Nous avons besoin des 100 milliards d’euros pour les plus vulnérables, et nous devons débloquer des milliards d’euros supplémentaires par le biais d’innovations financières et de la réduction des risques liés au financement privé afin de lancer la relance verte de l’Afrique. Nous avons besoin d’une ambition qui permette non seulement un développement à faible émission de carbone, mais qui change le paradigme de la valeur ajoutée en Afrique en adoptant une zone de libre-échange continentale africaine verte. Et nous avons besoin d’un prix mondial du carbone aligné sur l’accord de Paris pour générer davantage de ressources pour les citoyens africains qui protègent certains des plus importants puits de carbone du monde.

Les sessions thématiques virtuelles ACW 2021 font partie d’une série de trois semaines régionales sur le climat qui précèdent la conférence des Nations unies sur le changement climatique COP 26 en novembre. Elles comprennent des réunions virtuelles pour la région Asie-Pacifique, l’Amérique latine et les Caraïbes (LACCW 2021) et l’Afrique (ACW 2021). La semaine du climat 2022 pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord (MENA 2022) suivra la COP 26.

La présentation de rapports aux ministres et à la présidence de la COP garantira que les résultats de toutes les sessions thématiques virtuelles sont saisis et encadrés dans le contexte plus large de la COP26.

Plus de 2 500 participants se sont inscrits aux sessions thématiques virtuelles de l’ACW 2021. Toutes les parties prenantes sont invitées à se joindre à ACW 2021 et à collaborer avec les ministres, les hauts représentants des agences multilatérales et des organisations non gouvernementales, la société civile, les dirigeants autochtones et les jeunes.

À propos de l’ACW 2021

L’ACW 2021 est accueilli par le gouvernement d’Ouganda et est organisé en collaboration avec des partenaires suivants : le Programme des Nations Unies pour le développement, le Programme des Nations Unies pour l’environnement et le Groupe de la Banque mondiale. Le soutien provient de partenaires régionaux, de l’Union africaine, de la Banque africaine de développement (BAD) et de la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique (UNECA).

Informations pour les médias

Pour les demandes de renseignements des médias, contactez le secrétariat des Nations unies sur le changement climatique à press@unfccc.int ou John Hay à jhay@unfccc.int.

Pour plus d’informations, visitez le site www.regionalclimateweeks.org.

Prolongez les débats sur les réseaux sociaux avec le mot-clé #AfricaClimateWeek.

Les organisateurs de l’ACW 2021

Les sessions thématiques virtuelles de l’ACW 2021 sont accueillies par le gouvernement de l’Ouganda et organisées en collaboration avec les partenaires principaux, le Programme des Nations Unies pour le développement, l’ONU Environnement et le Groupe de la Banque mondiale. Le soutien vient des partenaires régionaux, l’Union africaine, la Banque africaine de développement (BAD) et la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique (UNECA).

La présentation de rapports aux ministres et à la présidence de la COP garantira que les résultats de toutes les sessions thématiques virtuelles sont saisis et encadrés dans le contexte plus large de la COP 26.

Plus de XXX personnes se sont inscrites aux sessions thématiques virtuelles de l’ACW.

À propos de la CCNUCC 

Avec 197 Parties, la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) jouit d’une adhésion presque universelle. Elle accueille l’Accord de Paris sur les changements climatiques de 2015 sous son égide. L’objectif principal de l’Accord de Paris est de maintenir la hausse de la température moyenne mondiale bien en dessous de 2 degrés Celsius au cours de ce siècle et de mener des efforts visant à limiter encore plus l’augmentation de la température, soit à 1,5 degrés Celsius au-dessus des niveaux préindustriels. La CCNUCC accueille aussi le Protocole de Kyoto de 1997 sous son égide. L’objectif ultime de tous les traités qui entrent dans le cadre de la CCNUCC est de stabiliser les concentrations de gaz à effet de serre dans l’atmosphère à un niveau qui empêche toute perturbation anthropique dangereuse du système climatique, dans un laps de temps qui permet aux écosystèmes de s’adapter naturellement et facilite le développement durable.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×

Powered by WhatsApp Chat

× Contactez l'Emissaire!